Wednesday, 27 March 2019

Au Nord, tempus non Movet ... by Alisonomi

Tempus fugit, une flèche sur la main d’un chasseur valeureux 
Et « tempus lentus est », tel un escargot chassé par un moineau 
Mais de quoi dire de l’expérience d’un simple trajet qui dure l’éternité ?
Quand le temps, dans toute sa férocité, parait-il, finalement, a perdu sa vélocité ?

Le temps, me semble-t-il, disons la vérité, ne contrôle vraiment rien 
Et les humains, pour moi, dans leur sagacité ne le saisissent pas assez bien 
Car, lorsque la providence reprend le guidon secret du voyage sur terre 
Tous nos cris plaintifs du cœur ne touchent plus personne même pas nos mères

Or ces altiers humains continuent toujours de se dire « les maîtres de l’univers »
Même quand ils savent très bien que beaucoup de choses leur passent à travers
C’était un humble avis d’un missionnaire noir à tous les pèlerins et mystiques
S’ils pensent suivre le chemin tracé autrefois par les Innus au cœur de la forêt nordique

Car partir en voyage à bord de Tshiuetin, ce train du Nord, n’est pas toujours facile 
Vu que chaque tentative de maîtriser sa durée invariable s’avère toujours très difficile 
Et même si l’on peut, avec exactitude et beaucoup de sacrifice, contrôler son départ
Le reste de ce pèlerinage, à travers le territoire innu, demeure un mystère à nos simples regards 

Mais au cœur de nuitshimit, notre peuple se souvient encore que le temps c’est nous 
Et c’est pour nous, disaient-ils toujours, ces perspicaces et heureux ancêtres, qu’est fait, le temps 
Donc, soit qu’il fuie ou qu’il dorme, nous respecterons toujours le cours du temps, pourtant  
Car, tous, nous appartenons indiscutablement à seul et le clairvoyant Tshishe-Manitou 

Voilà pourquoi nous disons sans équivoque qu’au Nord, « tempus non movet, movemus » !

No comments:

Post a comment