Saturday, 17 March 2018

Un Matin d'Hiver au Nord par Ali Nnaemeka, o.m.i

DSC_0954Dans un matin d’hiver au Nord,

Les esprits hybrides comme le mien,

Amoureux d’hiver même étant d’un pays du soleil,

Se réveille avec un baume au cœur. 

Tels matins nous enivrent d’amour,

Très bien ensoleillés, mais adouci par l’hiver du Nord.

Quels matins magiques sont-ils ,

Que le cœur ne sait pas à quel dieu vouer son amour.

À l’esprit d’hiver, celui qui adouci la terre,

En habillant la terre mère avec ses vêtements blancs?

Ou doit-il crier sa louange à l’esprit de pishimu - le soleil,

Lui, qui fidèle à lui-même ne cesse de nous sourire?

Celui qui avant même la naissance de notre terre mère,

A appris à s’occuper de l’univers lorsque dort notre sœur la lune.

Celle qui caresse les arbres lorsque nous dormons,

Et qui nous envoie les rêves pour agrémenter notre sommeil.

Il n’y a que cette sœur de l’humanité qui peut illuminer sans rien bruler,

C’est elle est la douceur incarnée qui habite là-haut.

D’où elle lance son cri silencieux aux animaux nocturnes,

Qui chaque matin sont envoyés à leur cachette par le soleil.

Dans un tel matin du Nord,

Circule en l’air un sentiment inexprimable,

Qui n’est accessible qu’aux âmes nomades,

Des nomades hybrides et amoureux de la terre mère.

Ils comprennent ce que dit ce phénomène du Nord,

Né d’un mariage entre le maitre du feu – pishimu,

Et sa cousine éloignée la neige – kun

Ce phénomène parle d’une joie mystérieuse de vivre.

Que dirait-on des arbres -les protégés de la terre mère?

De ces gardiens de Nuitshimit – l’intérieur de la terre.

Comment les remercier pour l’oxygène qu’ils nous fournissent?

Et tout le coup du vent qu’ils prennent à notre place ?

Devant tous ces mystères,

Je ne peux que rendre grâce.

Je ne peux que dire tshinashkumitin Tshishe-Manitu,

De m’avoir fait aussi enfant de la terre.

No comments:

Post a Comment